Struthof

STRUTHOF - Site de l'ancien camp de concentration de Natzwiller


Une après midi émouvante ce dimanche. Nous traversons les montages Vosgiennes et Alsaciennes pour visiter l'ancien camp de concentration de Natzwiller. 

Pour cette visite, nous vous recommandons si vous le pouvez la visite guidée. Peut être un peu longue, mais très fournies dans les explications et cela nous permet de mieux ressentir ce qui se passait sur le camp.

Notre visite débute devant le camp, ou l'on nous explique que c'est au cours d'un voyage d'observation qu'Albert Speer, architecte du Reich, nota la présence dans la région d'un granit rose extrêmement rare. 
La décision fut immédiatement prise d'y installer un camp visant à l'extraction du granit par les déportés.

La triste histoire du Struthof a débutée le 1er mai 1941.






Avant de rentrer dans le camp, nous observons la lanterne des Morts.



Une fois dans le camp, nous nous retrouvons un très long moment par une très forte chaleur entre une baraque des déportés, le seul des 17 baraquement restant (reconstruit après un incendie) et le block cuisine. La guide nous explique en détail les conditions dans le camp, la dureté au quotidien. Face à nous, la potence ou étaient pendus les déportés ne respectant pas les consignes.

Le camp était composé de 17 baraquement initialement prévus pour 2 000 déportés. Le camp accueillera jusque 7 000 déportés par moment.

Les baraquements sont représentés par les zones en terre battue que vous pouvez découvrir sur la photo précédente de la lanterne.

Ensuite nous découvrons le ravin de la mort. Cette zone se situait a coté du chemin ou les déportés devaient circuler dans le camp. La zone était délimitée par un barbelé bas et ne devaient en aucun cas être franchie. Sauf que souvent, sans forcément de raison, des officiers poussaient par dessus les déportés qui se retrouvaient en zone interdite. Les soldats dans les miradors avaient ordre de tirer sur toute personne franchissant la zone. De nombreux déportés périrent ainsi.



Après l'explication du ravin de la mort, la guide nous emmène vers une partie forte en émotions dans le camps, le block crématoire et le block cellulaire.

Le block cellulaire renferme un grand nombre de cellules plus ou moins grandes. Certaines sont juste à hauteur d'homme qui obligeait les déportés à se plier dans la cellule. Dans une pièce, nous découvrons aussi le chevalet à bastonnade. Le déporté était ligoté sur ce chevalet et subissait des coups et tortures. Parfois, on imposait à d'autres déportés de porter ces coups.




Le block crématoire est un  batiment fort en émotions. Il est reconnaissable au loin avec sa longue cheminée. Sur la partie centrale, nous tombons directement sur le four crématoire. Les déportés qui mourraient épuisés de souffrance, de blessures, de maladies, de bastonnades étaient emmenés par d'autres déportés de l'infirmerie au four crématoire.





Dans une autre pièce du block, une table d'expériences. Des médecins procédaient à toutes sortes d'expériences sur les déportés.



Après ce bâtiment, nous remontons le camp pour finir notre visite. Nous ne visiterons pas la chambre a gaz, située à 1,5 kilomètres car nous ne pouvons plus la visiter après 17H00 mais après tant d'émotions, l'aurions nous visitée...


Nous repartons à travers les Vosges en nous disant qu'il est important de préserver ce haut lieu de mémoire et de recueillement.

Commentaires